Fermer


03 juin
2011
Exhortations Magazine
1106 Vues

10 personnalités Adventistes : William Miller (2/10)

William Miller (15 février 1782 – 20 décembre 1849) était un prédicateur baptiste américain qui dirigea un mouvement protestant de réveil interconfessionnel entre 1831 et 1844, surnommé « le millérisme » ou « l’adventisme », annonçant le retour de Jésus-Christ pour 1843-1844.

Ultérieurement, ce message donna naissance à plusieurs mouvements adventistes, notamment à l’Église adventiste du septième jour.

 

William Miller fut l’annonceur le plus célèbre du retour du Christ.

 

Il naquit le 15 février 1782 à Pittsfield dans le Massachusetts. Ses parents étaient le capitaine William Miller, un vétéran de la Révolution américaine, et Paulina, la fille de Elnathan Phelps, un pasteur baptiste. Il était l’aîné d’une famille de fermiers de seize enfants. Quand Miller eut quatre ans, sa famille alla résider dans la localité rurale de Low Hampton dans l’État de New York. Sa mère se chargea de son instruction jusqu’à l’âge de neuf ans. De neuf à quatorze ans, il travailla dans la ferme familiale et chaque hiver, il fréquenta l’école du district d’East Poultrey.Enfance et adolescence à Low Hampton (1782-1803)

 

Fermier à Low Hampton : étude des prophéties (1815-1831)

 

 

 

Après la guerre, Miller retourna à Low Hampton auprès sa mère et acheta une ferme (ce site historique est aujourd’hui un musée « Adventist Heritage Ministry »). Il fréquenta l’église baptiste de son oncle Elihu, soucieux de savoir comment la Bible  » pouvait développer des principes aussi parfaitement adaptés aux besoins du monde déchu. « 

En 1816, il conclut qu’elle était une révélation de Dieu.4Après deux ans de recherche d’une étude assidue et systématique de la Bible, verset par verset, avec l’aide d’une concordance biblique, William Miller conclut en 1818, se fondant sur Daniel 8-9, que la fin des 2300 jours prophétiques de Daniel 8:14 qui conduirait à  » la purification du sanctuaire  » s’accomplirait vers 1843. Pensant que le  » sanctuaire  » désignait l’Église chrétienne, il considéra que la terre serait purifiée lors du retour du Christ. Miller arriva ainsi à cette conclusion :Selon le principe qu’un jour prophétique est égal à une année, les 2300 jours prophétiques représentaient une période de 2300 années.Cette période démarrait en 457 avant J.-C. par le décret du roi de la Perse, Artaxerxès Ier, qui donna l’autorisation au scribe Esdras de reconstruire Jérusalem et son temple (voir dans le livre d’Esdras 7:12-26).

 

Selon les calculs de Miller, la période des 2300 années s’achevait donc en 1843.

 

 

 

 

 

Les retombées du millérisme

 

 

Le grand désappointement (octobre 1844)

 

Les estimations du nombre de millérites varient assez largement : entre 50 000 et 500 000 personnes. Sur 17 millions d’Américains en 1844, environ 150 000 personnes (l’estimation la plus probable) attendirent le retour du Christ. Cet enseignement allait alors à contre-courant de la croyance populaire qui annonçait les débuts imminents d’un millénaire de paix et de prospérité sur terre (le (post-)millénarisme). Les Américains pensaient que le Christ reviendrait après le millénaire d’Apocalypse 20 alors que les millérites annonçaient qu’il viendrait avant. Cette position était atypique car il n’était pas question non plus d’un règne terrestre du Christ pendant un millénaire.La non-venue du Christ en 1844 a été nommée le grand désappointement ou la grande déception. Beaucoup de millérites furent très déçus. William Miller reconnut son erreur mais il n’abandonna jamais sa croyance au retour du Christ, même s’il encouragea les millérites à ne pas fixer de date. Le 10 novembre 1844, il déclara :  » Mon esprit est parfaitement calme et mon espérance en la venue de Christ plus forte que jamais. J’ai fait seulement ce que je ressentais après plusieurs années de sobre considération comme étant mon devoir solennel. « 

 

Fatigué et malade, Miller considéra que sa tâche était terminée. Il laissa la direction du mouvement à Joshua Himes. Il devint aveugle au début de 1848. Le 20 décembre 1849, il mourut paisiblement.

 

 

Source : Wikipédia
Sous license Créative commons


Auteur : adventadmin adventadmin



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verset quotidien

L`attente des justes n`est que joie, Mais l`espérance des méchants périra. Proverbes:10:28

Articles populaires

Pourquoi je vais à l’église le samedi
23 octobre 2015
Exhortations, Magazine
Pourquoi je vais à l’église le samedi
Pour de nombreuses personnes, le fait que j’aille à l’église le samedi paraît être décalé par rapport à la tradition chrétienne du dimanche. Elles se demandent comment je peux être dans la confusion au point que j’aille à l’église le «mauvais jour». Alors pourquoi des millions de personnes ainsi que moi-même avons-nous choisi le samedi plutôt que le dimanche? Vous trouverez ci-dessous trois raisons qui, peut-être, vous surprendront.
Ted Wilson déclare que Satan essaye de détruire l’église adventiste
20 octobre 2014
Exhortations, Magazine
Ted Wilson déclare que Satan essaye de détruire l’église adventiste
Rester fidèle alors que Satan utilise tous les moyens disponibles, pour tenter de détruire l’Église Adventiste et neutraliser sa mission
Dimanche : jour de culte imposé aux Etats-Unis ! Une simple proposition ?
12 juin 2015
Exhortations, Magazine
Dimanche : jour de culte imposé aux Etats-Unis ! Une simple proposition ?
Une sénatrice de l'état d'Arizona nommée Sylvia Allen a fait une proposition : obliger les américains à assister à un service de culte le dimanche afin d'enrayer le déclin moral de la société américaine.
10 personnalités Adventistes : Ben Carson (4/10)
30 mai 2013
Exhortations, Magazine
10 personnalités Adventistes : Ben Carson (4/10)
Benjamin Solomon Carson, né le 18 septembre 1951 est un neurochirurgien américain, adventiste du 7ème jour, très engagé dans la promotion de la Santé aux Etats-Unis.Le Docteur Carson est un pionnier dans la neurochirurgie pédiatrique ;
Visite du Pape aux Etats-unis : ce qu’il faut (vraiment) retenir
02 octobre 2015
Exhortations, Magazine
Visite du Pape aux Etats-unis : ce qu’il faut (vraiment) retenir
N'avez-vous jamais essayé de faire cet exercice : L'espace d'un instant "oublier" vos acquis et votre connaissance sur un sujet afin de le regarder d'un oeil neuf et objectif.Essayons donc en toute objectivité d'analyser cette visite puis voyons si cela correspond avec ce que nous dit la Bible.

Hymnes et Louanges populaires

Tout joyeux, bénissons le Seigneur  –  505
Tout joyeux, bénissons le Seigneur – 505
Dès le matin, Seigneur  –  412
Dès le matin, Seigneur – 412
Quand le vol de la tempête …  –  527
Quand le vol de la tempête … – 527
Invoque-moi!  –  372
Invoque-moi! – 372
J’entends ta douce voix –  496
J’entends ta douce voix – 496
À de nouveaux combats  –  346
À de nouveaux combats – 346
FERMER