Fermer


17 janvier
2014
Magazine Vie de famille
2731 Vues

Les « dettes » d’amour : comment se paient-elles ?

En se mariant, on contracte des dettes envers son conjoint. On s’engage à le rendre heureux et à être disponible. On a aussi des attentes et, quand elles ne sont pas satisfaites, on est déçu. On a l’impression qu’on nous doit quelque chose.

 

«Plus rien ne nous unit». Nous avons écouté leurs multiples raisons de divorcer. Puis, nous leur avons demandé s’ils avaient au moins un motif pour rester ensemble. Avec une pointe d’humour, ils ont répondu : «les dettes. La quantité d’argent que l’on se doit». Mais nous avons découvert, par la suite, que leur plus grand problème relevait d’un tout autre type de dette.

En se mariant, on contracte des dettes envers son conjoint. On s’engage à le rendre heureux et à être disponible. On a aussi des attentes et, quand elles ne sont pas satisfaites, on est déçu. On a l’impression qu’on nous doit quelque chose.

Les paroles de Ruth envers sa belle-mère sont parfois utilisées lors des voeux du mariage. «Là où tu iras, j’irai ; où tu demeureras, je demeurerai, ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu. Ruth 1:16. Des paroles qui représentent l’engagement, le défi, la joie, l’espoir et l’amour.

Pour certains, les voeux du mariage sont un casse-tête. Pour d’autres, l’expression d’une promesse d’amour. Se rappeler quotidiennement ce qu’on s’est promis devant l’autel contribue à un mariage heureux et durable.
L’oublier entrainera des dettes d’amour qui ternissent le bonheur conjugal.

Les dettes d’amour sont faciles à payer : des fleurs, des petites attentions, des caresses, de la tendresse, du temps, du soutien et de l’entraide. Si nous n’avons pas été à la hauteur, il est temps de nous racheter. Parfois, c’est par négligence et pas forcément par manque d’amour. Beaucoup de manques pourraient être facilement comblés si nous parlons plus avec notre conjoint et nous connaîtrions ses attentes.

Payer ses dettes implique une bonne disposition. Et cela est possible par amour. Souvenez-vous de ces paroles : «Je promets de t’aimer, de t’honorer et de te chérir dans la santé comme dans la maladie et de t’être fidèle jusqu’à ce que la mort nous sépare». Nous devons être prêts à accomplir tout ce que nous avons promis.

D’autres dettes ne peuvent pas être payées. Il n’existe qu’un seul recours : le pardon. C’est le cas de l’adultère ou de la maltraitance physique et psychologique. elles nécessitent une récupération plus longue et le pouvoir transformateur de Dieu.

Les autres dettes ne dépendent que de notre décision quotidienne.
– payer vos dettes d’amour et de tendresse : des caresses, des baisers, des compliments, des petites attentions…

– payer vos dettes de temps : consacrez du temps pour discuter, sortir, manger et pour avoir des moments romantiques avec votre conjoint. Prenez du temps ensemble pour jouer avec les enfants si vous en avez.

– payer vos dettes de soutien : au travail, dans l’éducation des enfants, dans les études, les tâches ménagères et les moments difficiles.

– payer vos dettes d’attention : écouter, montrer de la sympathie et de la disponibilité.

Payer vos «dettes» maintenant. L’apôtre Paul a dit «ne devez rien à personne, si ce n’est de vous aimer les uns les autres» (Romains 13:8).

 


Pedro et Cecilia Iglesias, dirigent les départements des ministères de la famille, et du ministère des femmes de la DIA.


Auteur : Mylène

MylèneEditrice sur AdventLife.fr depuis 2 ans, Mylène gère nos 8 rédacteurs et vous concocte le contenu du magazine semaines après semaines !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles populaires

5 versets pour faire face aux épreuves
28 août 2015
Magazine, Vie de famille
5 versets pour faire face aux épreuves
Passez-vous en ce moment par des épreuves qui vous semblent insurmontables ? Dieu a mis à notre disposition un outil précieux pour faire face à ces situations:
Pourquoi je vais à l’église le samedi
23 octobre 2015
Magazine, Vie de famille
Pourquoi je vais à l’église le samedi
Pour de nombreuses personnes, le fait que j’aille à l’église le samedi paraît être décalé par rapport à la tradition chrétienne du dimanche. Elles se demandent comment je peux être dans la confusion au point que j’aille à l’église le «mauvais jour». Alors pourquoi des millions de personnes ainsi que moi-même avons-nous choisi le samedi plutôt que le dimanche? Vous trouverez ci-dessous trois raisons qui, peut-être, vous surprendront.
10 personnalités Adventistes : Ben Carson (4/10)
30 mai 2013
Magazine, Vie de famille
10 personnalités Adventistes : Ben Carson (4/10)
Benjamin Solomon Carson, né le 18 septembre 1951 est un neurochirurgien américain, adventiste du 7ème jour, très engagé dans la promotion de la Santé aux Etats-Unis.Le Docteur Carson est un pionnier dans la neurochirurgie pédiatrique ;
Ted Wilson déclare que Satan essaye de détruire l’église adventiste
20 octobre 2014
Magazine, Vie de famille
Ted Wilson déclare que Satan essaye de détruire l’église adventiste
Rester fidèle alors que Satan utilise tous les moyens disponibles, pour tenter de détruire l’Église Adventiste et neutraliser sa mission
Dimanche : jour de culte imposé aux Etats-Unis ! Une simple proposition ?
12 juin 2015
Magazine, Vie de famille
Dimanche : jour de culte imposé aux Etats-Unis ! Une simple proposition ?
Une sénatrice de l'état d'Arizona nommée Sylvia Allen a fait une proposition : obliger les américains à assister à un service de culte le dimanche afin d'enrayer le déclin moral de la société américaine.

Hymnes et Louanges populaires

Tout joyeux, bénissons le Seigneur  –  505
Tout joyeux, bénissons le Seigneur – 505
Quand le vol de la tempête …  –  527
Quand le vol de la tempête … – 527
Dès le matin, Seigneur  –  412
Dès le matin, Seigneur – 412
Invoque-moi!  –  372
Invoque-moi! – 372
À Jésus, je m’abandonne…  –  325
À Jésus, je m’abandonne… – 325
J’entends ta douce voix –  496
J’entends ta douce voix – 496
FERMER