Fermer


07 mai
2014
Magazine Portraits
1747 Vues

PORTRAIT : Jonathan – thérapeute, auteur

Je serai bientôt roi

«Il existe de bons outils pour réécrire l’histoire de votre vie et accéder à une existence épanouie, remplie de réussite et de bonheur».  Jonathan, thérapeute, consultant en relation humaine et conférencier, nous parle de son nouvel essai « Je serai bientôt roi » ou comment réécrire l’histoire de sa vie.

 

Tous les jours, j’entends des histoires vraies de personnes qui ont souffert et qui souffrent peut-être encore. À cause de leur souffrance, elles errent dans la vie, sans but, sans savoir comment faire pour sortir de ce cycle infernal. Elles ne savent pas comment arrêter de traîner derrière elles leurs échecs scolaires, relationnels et professionnels. Ce sont des personnes qui, malheureusement, vivent tout simplement en se contentant de croire en la chance et qui acceptent la médiocrité comme une chose normale. Elles ne font qu’interpréter le rôle qu’on leur a toujours donné à jouer au sein de leur famille ou dans leur travail.

Il existe de bons outils pour réécrire l’histoire de votre vie et accéder à une existence épanouie, remplie de réussite et de bonheur.

 

Avant de parler de ton livre, et si on faisait un peu plus connaissance ?

Je m’appelle Jonathan MARIE LOUISE, j’ai 31 ans, je suis thérapeute, consultant en relation humaine et conférencier. J’ai d’ailleurs un cabinet où je propose des consultations thérapeutiques.  Je dirige un centre de formation spécialisé dans le domaine de la relation d’aide.

Je suis de ceux qui pensent que nous devons faire tout ce que notre main trouve à faire et Dieu m’ayant pourvu du sens des affaires,  j’ai pu également monter une entreprise de peinture et de carrelage proposant des prestations à l’échelle internationale. En plus d’être un chef d’entreprise, je suis également actionnaire dans d’autres sociétés.

Mais de toutes mes activités, la relation d’aide reste ma passion et ma priorité.

Concernant mon parcours, je dirais que celui-ci est plutôt atypique car ma formation de départ était plutôt  technique, je possède un Bac pro en électrotechnique. Ensuite un concours de circonstances m’a permis de faire une formation dans le domaine de la finance et de la défiscalisation d’entreprise.

Quelques années plus tard, après avoir connu de nombreuses péripéties,  j’ai repris mes études et préparé une licence en psychologie. Je me suis spécialisé dans des domaines tels que l’analyse transactionnelle, la programmation neurolinguistique, la médiation familiale et la systémique pour ensuite préparer une deuxième licence cette fois-ci en criminologie. Aujourd’hui je suis doctorant en criminologie avec pour objectif de devenir expert judiciaire dans ce domaine.

 

Parle-nous de tes débuts littéraires

Mes débuts littéraires ont été difficiles car, plus jeune j’ai rencontré de nombreuses difficultés avec l’écrit étant dysorthographique. À l’époque, cela n’était pas diagnostiqué comme aujourd’hui. Mon rapport à l’écrit a donc été compliqué mais ayant toujours aimé argumenter, disserter et ce, malgré mon handicap certain de l’époque, je ne me suis jamais découragé. En grandissant,  j’ai appris à maitriser ce handicap et de part mes activités professionnelles, j’ai commencé à rédiger quelques articles  pour des petits journaux pour ensuite avoir le fameux déclic pour ce premier livre.

Quelles sont les grandes étapes de l’écriture de ton livre ?

 

Au début, il y a l’idée, le projet et Dieu. Mes écrits ne sont pas romanesques ; il s’agit, pour moi, d’apporter des pistes de réflexion au lecteur, mais aussi du réconfort et du soulagement par rapport à une problématique précise.

Puis il y a ce long travail de recherche d’informations. Après, on doit trouver son style, mais un style qui saura parler à une majorité de personnes.

La dernière étape, la plus importante c’est de trouver un éditeur. Et après cela, c’est parti pour plusieurs mois de travail.

 

Tu animes parfois des séminaires ou des ateliers sur la Dépression. Où, comment et pourquoi ce sujet ?

J’anime des séminaires et ateliers sur la dépression partout où l’on m’invite ; c’est-à-dire Martinique, Guadeloupe, Guyane, Canada, France, Belgique. En général, le séminaire se déroule sur plusieurs jours (une semaine) le soir. Plusieurs approches sont proposées : la psychologie et la spiritualité parce que l’être humain est d’abord et avant tout un être spirituel donc je mets également cet aspect en avant. Je ne fais pas d’endoctrinement, je tiens compte du public du contexte et du lieu.

La dépression est le mal de ce siècle et les médicaments sont juste une béquille. Il y a des déprimés et des dépressifs à tous les niveaux de la société et dans tous  les milieux, y compris dans le milieu chrétien.

Dieu m’a donné un don et une intelligence que je mets au service de mon prochain, c’est là ma mission de vie.

 

Est-ce difficile (ou compliqué) de faire de la relation d’aide avec des chrétiens ?

Dès lors que ces personnes rentrent dans mon bureau, je ne fais pas de différence. Le fait qu’elles soient chrétiennes ou pas  est juste une information en plus que je pourrais utiliser pour amener l’autre vers le changement. Pour aller plus loin je dirais que c’est plus facile de présenter une nouveauté à une personne que de rappeler à une autre une vérité qu’elle sait déjà et qui ne l’a pas aidé à dépasser son problème.

Je suis simplement en train de dire que face à l’angoisse et au désespoir, ceux qui entrent dans mon cabinet sont égo et versent les mêmes larmes.

 


En dehors de ton travail, quels sont tes hobbies, loisirs ou centres d’intérêt ?

La question qui revient fréquemment c’est : comment fais-tu avec cet emploi du temps?

Eh bien justement pour tenir le coup j’ai une grande passion qui est la musique. Je joue du piano; je suis également actif dans ma communauté notamment en tant que responsable de jeunesse. Comme autres activités, je pratique un sport de combat et je vais à la pêche pour pouvoir me retrouver.  La nature a le don de m’apaiser.

J’aime également cuisiner et faire des plats, comme dans un diner presque parfait, pour le plaisir de mes proches et de mes papilles.

 


Quel sera ton message à nos lecteurs ?

L’ignorance tue et la connaissance condamne, Dieu fait de celui qui veut un être exceptionnel, dans l’unique but de faire de lui un serviteur pour chacun.

Si chaque jeune chrétien sait qui il est, il saura où il doit aller et avec qui. La réussite avec Dieu est un état d’esprit avant d’être une manière de vivre.

Je serai bientôt roi : en Ebook disponible sur amazon.fr et youscribe.com ; version papier sur amazon.fr pour la France l’Europe et le Canada. Pour les DOM, contacter l’auteur ou sur le site www.jeseraibientotroi.fr; Email : contact@jeseraibientotroi.fr

 


Auteur : adventadmin adventadmin



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Verset quotidien

J`aperçus parmi les stupides, Je remarquai parmi les jeunes gens un garçon dépourvu de sens. Proverbes:7:7

Articles populaires

Pourquoi je vais à l’église le samedi
23 octobre 2015
Magazine, Portraits
Pourquoi je vais à l’église le samedi
Pour de nombreuses personnes, le fait que j’aille à l’église le samedi paraît être décalé par rapport à la tradition chrétienne du dimanche. Elles se demandent comment je peux être dans la confusion au point que j’aille à l’église le «mauvais jour». Alors pourquoi des millions de personnes ainsi que moi-même avons-nous choisi le samedi plutôt que le dimanche? Vous trouverez ci-dessous trois raisons qui, peut-être, vous surprendront.
Ted Wilson déclare que Satan essaye de détruire l’église adventiste
20 octobre 2014
Magazine, Portraits
Ted Wilson déclare que Satan essaye de détruire l’église adventiste
Rester fidèle alors que Satan utilise tous les moyens disponibles, pour tenter de détruire l’Église Adventiste et neutraliser sa mission
Dimanche : jour de culte imposé aux Etats-Unis ! Une simple proposition ?
12 juin 2015
Magazine, Portraits
Dimanche : jour de culte imposé aux Etats-Unis ! Une simple proposition ?
Une sénatrice de l'état d'Arizona nommée Sylvia Allen a fait une proposition : obliger les américains à assister à un service de culte le dimanche afin d'enrayer le déclin moral de la société américaine.
10 personnalités Adventistes : Ben Carson (4/10)
30 mai 2013
Magazine, Portraits
10 personnalités Adventistes : Ben Carson (4/10)
Benjamin Solomon Carson, né le 18 septembre 1951 est un neurochirurgien américain, adventiste du 7ème jour, très engagé dans la promotion de la Santé aux Etats-Unis.Le Docteur Carson est un pionnier dans la neurochirurgie pédiatrique ;
Visite du Pape aux Etats-unis : ce qu’il faut (vraiment) retenir
02 octobre 2015
Magazine, Portraits
Visite du Pape aux Etats-unis : ce qu’il faut (vraiment) retenir
N'avez-vous jamais essayé de faire cet exercice : L'espace d'un instant "oublier" vos acquis et votre connaissance sur un sujet afin de le regarder d'un oeil neuf et objectif.Essayons donc en toute objectivité d'analyser cette visite puis voyons si cela correspond avec ce que nous dit la Bible.

Hymnes et Louanges populaires

Tout joyeux, bénissons le Seigneur  –  505
Tout joyeux, bénissons le Seigneur – 505
Dès le matin, Seigneur  –  412
Dès le matin, Seigneur – 412
Quand le vol de la tempête …  –  527
Quand le vol de la tempête … – 527
Invoque-moi!  –  372
Invoque-moi! – 372
J’entends ta douce voix –  496
J’entends ta douce voix – 496
À de nouveaux combats  –  346
À de nouveaux combats – 346
FERMER